Rechercher
  • CDX

HAWAII LES PIEDS DANS L'EAU

Mis à jour : 13 juin 2019

L'an passé, mi-aout 2018, l'ouragan Lane prenait dangereusement la direction de l'archipel d'Hawaii. Les 137 îles, situées à environ 5 000 km du premier continent, allaient être coupées du monde pendant quelques jours. Problématique, effectivement, mais c'était sans compter sur le fait que l'état importe 90% de sa nourriture*. Le passage de l'ouragan annonçait donc bien d'autres complications si les ravitaillements ne pouvaient être effectués.


L'agence fédérale de la gestion des urgences (The U.S. Federal Emergency Management Agency) avait donc envoyé une flotte de bateaux remplis de nourriture, d'eau et autres provisions* pour que les îles puissent être autonomes le plus longtemps possible. Lane a frappé l'île principale le 24 aout, entrainant de fortes pluies, de nombreuses inondations et évidemment de fortes rafales. Les avions sont restés sur le tarmac durant 2 jours, les bateaux ne pouvaient plus approcher et l'île s'est retrouvée toute seule. Au final, Hawaii s'en est bien sorti, les îles sont restées intactes. La vie a repris son court, les touristes sont revenus et c'est à peine si on en a entendu parler.



C'est en me retrouvant bloquée dans une pharmacie de garde que j'ai compris le vrai problème. Il y avait deux anciens d'Hawaii, la soixantaine passé, qui attendaient aussi. Ils se souvenaient du bon temps, des vielles années et l'un des deux mentionnait avec regret son départ prochain vers le mainland. Il essayait de se justifier comme il pouvait auprès de son ami en parlant de l'enfer qu'ils avaient vécu l'été dernier, du fait que ça n'allait pas aller mieux dans le futur avec le réchauffement des océans et que les ouragans allaient bientôt être monnaie courante. La pharmacienne m'appela, je récupérais ma commande et partais.


C'est la que je commençais ma recherche : "Réchauffement des océans - ouragans - Hawaii". Le premier article que j'ai ouvert parlait de la disparition East Island, au nord ouest de l'archipel d'Hawaii, après le passage de Walaka* en Octobre 2018. C'était donc vrai. Même si un ouragan ne pouvait pas rayer de la carte les îles principales, il pouvait 1. faire disparaitre les plus petites et 2. bloquer les îles habitées plus ou moins longtemps.



Pour la faire courte, pour qu'un ouragan prenne son envol, il faut 2 choses : la température de l’eau doit être d’au moins 26°C sur 50 mètres de profondeur et l'humidité doit être au moins supérieure à 40%*. Si vous voulez l'explication exacte, je vous conseille cette petite vidéo qui récapitule bien les chose. Par relation de Chasles : Réchauffement climatique -> Réchauffement des océans -> Augmentation du nombre d'ouragans.


Une étude l'a d'ailleurs montré : le réchauffement de la température de la surface de la mer de 0,5 °C a causé une augmentation de 40 % de la fréquence et de la puissance de l'activité cyclonique entre la moyenne des années 1950-2000 entre celle de 1996 et 2005.*



Si on place ce phénomène dans le contexte d'Hawaii, en sachant que l'état ne peut vivre en autarcie que durant 72h avant de se retrouver en pénurie, on peut se poser beaucoup de questions sur le futur de l'archipel et de ses habitants.


Tout ça pour dire que je n'ai pas encore de solution pour empêcher le réchauffement des océans, mais que si vous comptiez investir à Hawaii, réfléchissez à deux fois.


91 vues